Chef de famille à 23 ans : Pas facile de garder le cap dans une période politique si troublée …

par | Août 11, 2020

de 1805 à 1820

A Paris, Jacob retrouve son ami Ernst Otto Von der Malsburg. Ce dernier a suivi son oncle, Ministre de la Hesse à la cour de Napoléon.
 Savigny écrit de nouveau à propos de Jacob une appréciation élogieuse, tant sur ses qualités d’étudiant que sur l’application qu’il a mise à mener à bien ses travaux de recherche à Paris. Le retour en Allemagne en septembre 1805 est rendu difficile par la guerre, ils doivent contourner Strasbourg envahie par les troupes napoléoniennes.

Jacob ne souhaite pas reprendre les études. Il décide avec Wilhelm qu’ils ne se quitteront plus. De fait, même plus tard, lorsque Wilhelm se mariera, Jacob vivra toujours dans son foyer. Jacob entre dans l’administration militaire de Kassel. Durant cette période troublée, son travail lui laisse cependant du temps pour se consacrer à la littérature et à la poésie du Moyen-Age.

L’empereur autrichien François II est contraint de prononcer la fin du Saint Empire Romain Germanique. Guillaume 1er de Hesse-Kassel fuit au Danemark, pays d’origine de son épouse, Wilhelmine Karoline, accompagnée d’Henriette Zimmer, la tante des frères Grimm. Napoléon confie la principauté de Hesse à son frère Jérôme Bonaparte, particulièrement incompétent et qui ne recherche que les fêtes, ce qui lui vaut le surnom de « Lustig » (le joyeux noceur).

Dans ce contexte précaire, leur mère Dorothea Zimmer Grimm décède. Jacob devient chef de famille à 23 ans ; grâce à Johannes von Muller, historien directeur de l’enseignement en Westphalie – Hesse, il obtient le poste de gestionnaire de la Bibliothèque privée du Roi Jérôme. Le quotidien est assuré ; mais l’amertume est grande : les Droits romain et allemand sont remplacés par le Code Napoléon. Jacob a du temps pour ses propres recherches, mais le poste est pénible. Jérôme Bonaparte faisant peu de cas des livres. Jacob doit sauver lui-même les livres d’un incendie. Leur sœur Charlotte, dite Lotte, se retrouve à 15 ans seule femme pour gérer le foyer où vivent les quatre frères. Elle se réfugie beaucoup chez Dortchen Wild, mais leur tante Henriette la remet face à ses responsabilités, et la soutient moralement dans son rôle.

En 1809, Wilhelm, de santé fragile, de plus en plus souffrant, doit faire une cure de six mois auprès d’un grand spécialiste, le professeur de médecine Johann Christian Reil à Halle. En chemin il est particulièrement touché de voir le champ de bataille de Auerstädt, où 20.000 soldats périrent trois ans plus tôt. 

Pendant son séjour, il est hébergé chez le philosophe danois Henrik Steffens. Il perfectionne alors ses connaissances en danois ancien et moderne, s’intéresse aux runes, et publie une traduction des Chants héroïques en ancien danois. Il est alors au contact de la Tradition nordique. Après les très bons soins reçus, il rejoint Achim von Arnim à Berlin, et séjourne à Weimar où il rencontre Goethe, initié reconnu et grand écrivain, qui encourage ses travaux et lui remet, pour lui-même et pour Jacob, des livres très précieux. Goethe encouragea toujours les travaux des Frères Grimm.

Les années 1814-1815 sont particulièrement éprouvantes sur le plan politique : Napoléon est défait par la Russie, la Prusse et l’Autriche réunies. À Kassel, Jérôme Bonaparte tient une voiture constamment prête pour sa fuite. Il est attaqué par un général russe et se déclenche alors un soulèvement populaire pour libérer la Hesse. Toute la famille Grimm participe à ce soulèvement. Jacob devient secrétaire de campagne de l’armée de libération ; Wilhelm donne les recettes d’un ouvrage pour financer la reconquête ; les deux frères Karl et Ludwig s’enrôlent, ainsi que Werner et Auguste von Haxthausen. Jacob suit l’armée à Frankfurt, Karlsruhe, Rastadt, et voit avec écœurement les exactions des soldats allemands en réponse à celles des français.

Le règne de sept ans de Jérôme Bonaparte prend fin. Le Prince électeur Guillaume Ier revient d’exil dans la liesse générale, avec son épouse Wilhelmine Karoline, et donc sa Dame de compagnie, leur tante Henriette. Wilhelm obtient un emploi à la Bibliothèque du Prince. La Princesse les soutient financièrement.

Jacob part à Paris, puis à Vienne dans le service diplomatique aux Alliés, pour les Traités de conclusion de la guerre et de restructuration de l’Europe. Durant cette période, il est au contact de tous les grands d’Europe. Cependant, il s’ennuie particulièrement, les négociations étant lentes et les décisions souvent prises, en fait, entre les réunions. Il a la possibilité de passer beaucoup de temps dans les bibliothèques, à Paris comme à Vienne.

Wilhelm et Lotte, seuls à la maison, attendent le retour de Jacob et de leurs jeunes frères. A leur retour, la famille déménage dans Kassel même, leur loyer ayant très fortement augmenté …

Prochain article par nos « petites plumes »: … C’est à la suite de leurs études universitaires, et dans ce contexte historique dramatique des guerres napoléoniennes que les Frères Grimm se lancent dans le projet de collecte des contes, dès 1807.